L'innovation, catalyseur de talents

D'après l'enquête de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL) sur les « Millénaires », 78 % d'entre eux à l'échelle internationale considèrent que l'innovation est essentielle pour le développement de l'activité. Cependant, alors que nous entrons dans la sixième année de crise économique, seuls 26 % des « Millénaires » estiment que les dirigeants déploient les efforts nécessaires pour encourager des pratiques en faveur de l'innovation.

 

« L'innovation doit être présente au niveau institutionnel pour changer l'état d'esprit d'une organisation et permettre véritablement à de nouvelles idées d'émerger et de prospérer », déclare Barry Salzberg, CEO de Deloitte. « Tandis que nos dirigeants actuels peuvent encore s'interroger sur comment et où innover, on s'aperçoit bien que nos futurs dirigeants accordent une large place à l'innovation - non seulement en tant que facteur de croissance économique, mais aussi en tant que catalyseur pour résoudre les problèmes de société les plus urgents».

DTTL a enquêté auprès d'environ 5 000 « Millénaires » issus de 18 pays. Interrogés sur l'innovation et son impact sur la société, 84 % prétendent que les innovations commerciales ont un impact positif sur la société, et 65 % pensent que les activités de leur propre entreprise sont profitables à la société d'une certaine manière.

L'entreprise est considérée comme jouant un rôle majeur dans le développement d'innovations qui seront bénéfiques à la société. Près de la moitié des répondants (45 %) pense que les entreprises sont à l'origine des innovations susceptibles d'avoir l'impact le plus positif sur la société, par rapport au gouvernement (18 %) et aux universités (17 %).


 

L'innovation constitue également une composante importante du recrutement et de la rétention des talents. Deux tiers des « Millénaires » interrogés considèrent l'innovation comme un facteur clé de performance et de contribution à la société.

Cependant, des différences significatives ont été constatées parmi les « Millénaires » interrogés :

  • 39 % des répondants pensent que le fait d'encourager et de récompenser l'émergence de nouvelles idées et la créativité constituent des conditions préalables à l'innovation, mais seulement 20 % d'entre eux estiment que leur organisation actuelle fonctionne de cette manière.
  • 34 % déclarent qu'il est fondamental de libérer du temps dédié à l'apprentissage et à la créativité pour favoriser un environnement innovant, mais seuls 17 % d'entre eux caractérisent leur lieu de travail comme tel.
  • 42 % croient à l'importance d'encourager une pensée innovante à tous les niveaux de l'organisation, mais seulement 26 % d'entre eux décrivent leur lieu de travail comme tel.

« Un changement générationnel est en train de s'opérer dans l'entreprise », indique Alain Pons, Président de la Direction Générale de Deloitte France. « Il existe de réelles opportunités pour les organisations d'intensifier et de créer les conditions et l'engagement nécessaires afin d'encourager et de favoriser l'innovation dans leurs environnements de travail. Les bénéfices sont considérables, tant en termes de compétitivité, d'attraction des talents que d'un impact plus positif sur la société. »


 

Zoom France

En France, la moitié des jeunes interrogés jugent que leur entreprise est innovante, et 52% se considèrent eux comme des personnes innovantes (10 points de moins que la moyenne).: Pour eux, les principaux obstacles à l'innovation sont en premier lieu d'ordre financiers (pour 37 %), un leadership peu efficace (18 %), et une culture d'entreprise inadaptée (12 %).

  • 13 % des jeunes français interrogés pensent que leur entreprise sait encourager et récompenser l'émergence de nouvelles idées et la créativité (-7 points par rapport à la moyenne mondiale).
  • 21 % seulement considèrent le leadership existant dans leurs organisations encourage la production et le partage d'idée (-5 points par rapport à la moyenne mondiale).
  • Ils ne sont également que 13% à considérer que leur entreprise libère suffisamment de temps pour la formation et la créativité. (-4 points par rapport à la moyenne mondiale).

« Les jeunes français attendent des entreprises françaises qu'elles les aident à produire de l'innovation. C'est un des axes que les entreprises doivent privilégier : proposer un cadre pour se donner les moyens d'innover et attirer les jeunes talents sont intrinsèquement liés », commente Alain Pons, Président de la Direction Générale de Deloitte France.


 

Les visions en matière d'innovation varient en fonction de la situation géographique et du secteur industriel

  • Les répondants des pays BRIC se considèrent, ainsi que leurs entreprises, comme innovants. En revanche, les répondants du Japon placent leurs entreprises au bas de la liste dans presque tous les aspects de l'innovation. Par exemple, 70 % des répondants des pays BRIC considèrent leurs employeurs comme innovants contre seulement 25 % au Japon.
  • Six « Millénaires » sur dix (62 %) se décrivent comme innovants, dans l'ordre suivant : Inde (81 %), Thaïlande (79 %), Afrique du Sud (78 %), Brésil (77 %) et Japon (24 %).
  • 65 % ont le sentiment que les activités de leur entreprise sont bénéfiques pour la société, avec en tête de liste le Brésil (83 %), l'Inde (74 %) et l'Allemagne (73 %). Seuls 46 % ont répondu par l'affirmative en Corée du Sud.
  • Les secteurs considérés comme étant à la pointe de l'innovation sont : la technologie, les médias et télécommunications (TMT) (52 %) ; les biens / services de consommation (47 %) et la fabrication (37 %).
  • Les secteurs considérés comme ayant le plus besoin d'innovations sont : l'éducation (27 %) ; l'électricité (18 %), et le gouvernement national (17 %).

 

 

À propos de l'enquête Deloitte sur les « Millénaires »

Les résultats de la recherche sont basés sur une étude menée par Millward Brown. Un total de 4 982 entretiens a été réalisé en ligne entre le 19 novembre et le 19 décembre 2012. Environ 300 entretiens ont été menés dans chacun des 16 marchés : États-Unis, Canada, Afrique du Sud, Brésil, Pays-Bas, Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Russie, Corée du Sud, Inde, Australie, Japon, Chine, Asie du Sud-Est (Singapour, Thaïlande et Malaisie). Les questions de sélection ont permis de garantir que tous les répondants appartenaient à la génération Millénaire - à savoir nés à partir de janvier 1982, titulaires d'un diplôme universitaire et employés à temps complet au moment de l'enquête. Chaque entretien s'est déroulé en 15 minutes environ.

Articles connexes

Clause de non concurrence: tout n'est pas permis

Rares sont les cadres qui ne sont pas confrontés un jour ou l’autre à une clause de non concurrence. Celle-ci est bien souvent vécue comme un frein à l’évolution professionnelle, dans la mesure où elle peut limiter la valorisation des connaissances acquises lors de vos précédentes expériences. Elle doit donc respecter certaines limites.

Lire la suite

Les pères ne profitent pas de leur congé parternité

90% des nouveaux pères n’utilisent pas la durée totale de leur congé paternité, associé à un confort personnel, susceptible d’être interprété comme un désengagement professionnel temporaire.

Lire la suite

Le bilan de compétences : à quoi ça sert et qui y a droit ?

Le Bilan de Compétences permet à l'entreprise d'optimiser et de prévoir la gestion des Ressources Humaines, de mettre en place des plans cohérents de formation interne et d'impliquer le personnel dans une dynamique de carrière.

Lire la suite

Qu'est-ce qu'un cabinet de recrutement ?

Intermédiaires entre les candidats et les entreprises, les cabinets de recrutement s’assurent de satisfaire les deux parties en respectant leurs critères et leurs attentes.

Lire la suite

Bouger, oui, mais pas à n’importe quel prix !

51% des cadres de premier niveau, techniciens et employés qualifiés se disent prêts à changer de région, dont 60% pour une opportunité professionnelle

Lire la suite


Copyright © StepStone GmbH 1996 - 2017